Monuments communistes abandonnés : une plongée dans un monde perdu

Virginie Santucci

On les croirait construits par des extra-terrestres de passage sur notre planète ou tout droit venus du futur. Ces monuments ont en réalité été construits entre les années 60 et 70 sur la commande de l’ex-président yougoslave Josip Broz Tito pour commémorer d’anciens lieux de combats de la seconde guerre mondiale. Le photographe belge Jan Kempenaers les sublime aujourd’hui avec ces clichés hors du temps. A savourer sans modération.

Podgarić-jan kempenaers

Petrova Gora-jan Kempenaers

Réalisés par les sculpteurs Dušan Džamonja, Vojin Bakić, Miodrag Živković, Jordan et Iskra Grabula et les architectes Bogdan Bogdanović et Gradimir Medaković, les monuments ont attiré des millions de visiteurs dans les années 80, avant d’être abandonnés après l’éclatement de l’Union soviétique au début des années 90.

Censés symboliser à l’époque la force des républiques socialistes, il ne s’en dégage plus aujourd’hui que mystère et mélancolie. A la fois oeuvres d’art et témoins de l’histoire, leur beauté spectaculaire et leur géométrie unique sont en tout cas intactes.

Tjentište-jan Kempenaers
Kadinjača-jan kempenaers
Jan Kempenaers leur donne une seconde vie avec ces photographies prises en Croatie, en Serbie, en Slovénie et en Bosnie-Herzégovine, entre 2006 et 2009, dans le cadre de son projet « Spomenik : The End of History ».


Kruševo-jan kempenaers

Kozara-jan kempenaers

Si vous aussi vous êtes séduit par ce mélange si particulier entre architecture néo-futuriste et désolation des paysages alentour, il y a sûrement là une idée de voyage hors des sentiers battus à retenir pour vos prochaines vacances !

3 Mai


Rejoignez notre newsletter !

Chaque mercredi recevez gratuitement les

meilleures offres voyage du web

sélectionnées par notre équipe.

Entrez votre adresse email ci-dessous

Rejoignez-nous !