Choisir une destination pour ses vacances en fonction de la météo

Que ce soit pour un voyage de noces ou des vacances en famille, il est toujours important de bien étudier la météo. Il s’agit d’un élément qui interfère dans le choix de la destination et du vol à effectuer. Mais, pour trouver des billets à prix compétitif, vous n’aurez qu’à utiliser le comparateur de vol Easyvols.

En hiver, où faut-il voyager ?

Quand il fait froid dans certaines parties du globe, il existe des endroits qui génèrent de la chaleur. Même si l’Europe se trouve en plein hiver, l’hémisphère sud de la terre propose une saison d’été tropical. Pour être au calme et profiter des bons moments, vous pouvez choisir une croisière sur le Nil. Vous avez également le choix entre passer un été à Buenos Aires ou danser la salsa à Cuba. Pour ceux qui recherchent un moment de détente au bord de la mer, les manchots en Antarctique ou les Maldives sont les endroits à privilégier.

Où partir en automne avec Easyvols ?

Vous avez envie de prolonger vos vacances en profitant de la chaleur de l’été et des voyages culturels. L’automne est la saison idéale pour se faire un week-end urbain sur le continent européen ou dans la partie de l’Océan Indien comme Madagascar. Si vous optez spécialement pour le mois de novembre, le Guatemala et La Réunion procurent la chaleur de l’été sur les plages et des fleurs extraordinaires qui viennent offrir de la couleur aux infrastructures.

Les endroits à visiter au printemps

Le printemps est la saison la plus appropriée pour faire une escapade sur les pistes marocaines ou profiter des processions religieuses de l’Amérique Latine. Pour le mois de mars, l’île Maurice reste l’endroit où il n’y a jamais de saison d’hiver, mais uniquement des plages de sable fin et des fleurs. Si vous voulez profiter d’une superbe lumière, la Tunisie procure une belle couleur d’or pâle sur les ruines de Carthage. Souvent connu pour ses infrastructures dotées de nouvelles technologies, le Japon offre une tout autre image avec ces cerisiers. Ces plantes viennent se crouler sous l’immaculé des fleurs, donc le pays n’arrête pas de trouver le moyen pour favoriser leur contemplation. Pour l’Égypte, le Nil procure ses premiers limons sur les hauts plateaux, tandis qu’au Maroc les vallées du Haut Atlas reflètent le vert tendre.

L’été, où partir en vacances ?

Quand il faut se munir de parapluie sur votre continent, sachez que vous pouvez partir pour la Méditerranée ou encore le nord de l’Europe. En Grande-Bretagne, la reine Elizabeth II fête son anniversaire au mois de juin tout en passant ses troupes en revue avec le défilé de plus populaire nommé Trooping the Colour. En Islande, l’été pointe déjà le bout de son nez alors la nuit ne fait que 4 heures. C’est une bonne nouvelle pour les vacanciers adeptes de sorties nocturnes. Afin de jouir de la douceur du climat de Bali, il suffit de s’y rendre au mois de juillet. Par contre, en Australie c’est l’automne et la fête des vendanges dans la région d’Adélaïde.

Évasion architecturale à New York

New York : une destination à ne pas manquer

Envie de voyage ? Envie de découverte ? Passionnés d’histoire et de culture, la ville new-yorkaise renferme mille récits palpitants qui se reflètent par exemple à travers la multitude de styles d’architecture dans ses rues. S’il s’agit alors de préparer son séjour pour un voyage culturel à New York, il faut évidemment commencer par procéder à une demande en ligne d’une autorisation de voyage ESTA. L’assistance en ligne accompagne convenablement le client dans les diverses démarches à suivre : pour pouvoir y accéder, il faut se munir de son passeport, d’une adresse mail et de sa carte de paiement afin de régulariser à l’instant tous les frais, y compris le transfert du dossier de demande. De nombreux cas fréquents déjà rencontrés ont fait l’objet d’une étude particulière afin de rendre pleinement satisfaction aux passagers : parmi eux par exemple les modalités des voyages groupés. En quatre étapes distinctes, le voyage tant rêvé devient réalité : remplir le formulaire, veiller à la conformité des données enregistrées, payer tous les frais requis et enfin recevoir aussitôt l’autorisation ESTA, dans un délai maximal de 72 heures, via l’adresse mail.

New York : une ville sous influence coloniale

L’histoire ne s’estompe jamais, des traces demeurent et témoignent de l’existence archaïque de la ville new-yorkaise. En tant qu’ancienne colonie britannique au XVIIe siècle, il en va alors de soi qu’au moins un monument reflète le style anglais : construction à base de brique et de pierre, où dominent en général les couleurs rouge, brune ou blanche. À Manhattan, le St Paul’s chapel est la plus vieille église de la ville : elle date de 1766. À partir du XVIIIe siècle, le style néo-gothique est apparu, agrémenté par l’utilisation de grès, de calcaire ou de terre cuite et par l’ajout de faux contreforts. Le St Patrick’s cathedral, plus grande église catholique américaine, illustre parfaitement ce style avec ses ornements fascinants en façade : la construction de cet admirable édifice, attribuée à James Renwick, a été totalement achevée en 1888. Autre référence du style néo-gothique : le Woolworth Building, bâti par l’architecte américain Cass Gilbert en 1913. Au début du XIXe siècle, l’architecture tend vers un style plus parisien, dans une période nommée Beaux-Arts, tel que le confirme le New York Public Library, classé parmi les cinq plus vastes bibliothèques du monde.

New York : une modernisation rapide

Rapidement, dans la seconde moitié du XIXe siècle, l’architecture locale se retrouve totalement bouleversée : l’accroissement démographique s’accélère et la révolution industrielle a aussi apporté sa part. Des nouveaux matériaux émergent, de nouvelles techniques de construction sont adoptées. Le métal, notamment l’acier, est de plus en plus mis en valeur : la révolution industrielle a conscientisé la population sur les avantages de l’acier tant sur le plan technique qu’économique. Ainsi, James Bogardus fait partie des illustres architectes qui ont introduit les cast-iron buildings. Le quartier SoHo est devenu un site historique où la fonte, ornée de larges baies vitrées, a été le principal mode de construction des façades : un style plus classique qui va être promptement adoptée par d’autres milliers de bâtiments dans le Big Apple. Au XXe siècle, le style International s’installe, simple mais avec un design plus moderne : aluminium, marbre et verre sont les éléments les plus visibles sur les façades comme le représente le siège de l’ONU.

New-York : la ville des gratte-ciel

C’est certain, l’idée du gratte-ciel est née en Amérique avec les grands progrès de la science qui ont permis la création des ascenseurs et l’essor de la sidérurgie. Théoriquement, un gratte-ciel se caractérise par une forme verticale mince et haute, en d’autres termes un immeuble de plusieurs centaines d’étages, qui grimpe à la hauteur du ciel. Ce concept a été fâcheusement critiqué par une grande multitude d’architectes américains, puisqu’il affecte quelques règles de vie élémentaires :

  • des questions de projection de lumière : les routes entourées de plusieurs gratte-ciel se retrouvent à longueur de journée dans l’ombre ;
  • des risques plus élevés aux incendies ;
  • des rues devenues plus étroites, ce qui entrave la circulation ;
  • etc.

Cette problématique a été résolue en 1916 par le Zoning Law. Les gratte-ciel sont absolument devenus les incontournables à New York : le Chrysler Building, l’Empire State Building, le Rockefeller Center sont des exemples très connus.

Au milieu du XXe siècle, tous les styles sont confondus sur une même construction. Ainsi, des formes, des hauteurs et des allures toutes aussi modernes les unes que les autres s’érigent ici et là : des constructions qui vont loger les bons plans et astuces sur place. Par la suite, les matériaux utilisés sont de plus en plus luxueux. L’association notamment du verre à plusieurs autres éléments procurent aux bâtiments new-yorkais un style qui tend vers le style contemporain.

Jouer au Monopoly en immersion grandeur nature à Hong Kong

Si vous êtes un passionné de Monopoly, vous serez content de savoir qu’il est possible d’y jouer de façon plus réaliste. Pour cela, vous devez vous rendre sur une ancienne colonie britannique, une ville très peuplée et animée : Hong Kong.

Un jeu grandeur nature

Cette nouvelle attraction de Hong Kong vous invite à pénétrer dans un manoir de près de 1900 m2. Tous les éléments imagiers du jeu sont représentés à grande échelle :

  • La cellule de prison
  • Les chemins de fer
  • Les aqueducs
  • Les cartes « chance » et autres cartes

Vous pourrez même jouer à résoudre l’énigme de l’homme mystérieux qui essaye de voler le sceptre diamanté de Mr Monopoly. Avec le Monopoly géant de Hong Kong, votre rêve d’enfant se réalise enfin. D’autant plus qu’une technologie de réalité fusionnée à des projections interactives en 4D rend l’expérience plus réelle.

L’endroit idéal pour jouer au Monopoly

Outre les lieux touristiques qui font la renommée de Hong Kong, il est n’est pas étonnant que cette attraction soit créée car le centre urbain de Hong Kong constitue un centre financier. Il existe plusieurs monuments et gratte-ciels, notamment la Bank of China.

Le Monopoly Dreams sera officiellement ouvert en juin 2019, et se trouvera dans une des destinations emblématiques de Hong Kong : le pic Victoria

5 restaurants à ne pas louper à Bangkok

Le Sa-nguan Sri

Depuis 40 ans, ce restaurant a marqué le cœur des locaux. Un cadre simple, une ambiance familiale, c’est l’endroit idéal où des chefs célèbres ont appris à cuisiner les meilleures recettes thaïes modernes et traditionnelles.

Le Bangkok Bold Cooking Studio

Une charmante maison rénovée du vieux quartier de Ratanakosin à Bangkok vous promet un délice des yeux et des papilles grâce à leur merveilleux dîner préparé avec soin. Bonus : vous serez servis avec de magnifiques couverts à l’ancienne.

Le Chote Chitr

Sis dans Prang Phothorn, une aire protégée, ce restaurant, tenu par 3 générations de la même famille depuis la nuit des temps, vous fera découvrir le goût classique aigre-doux du vermicelle de riz, accompagné de poulet et de crevettes. Un vrai régal !

Le Eathai

Pour les fans de street-food, Eathai est un incontournable. Près de l’ambassade centrale, il offre une grande variété de petits plats, à petit prix. Laissez-vous tenter par le goût revisité du canard, du poisson, du riz vietnamien au porc.

Le Nataporn Ice Cream

Aux grands amateurs de desserts, les fruits tropicaux du pays sont servis avec des suppléments typiquement thaïlandais : haricots rouges, graines de palmes caramélisées. Dégustez votre dessert en admirant le vieux paysage de la ville.

8 expériences uniques qui vous feront tomber amoureux du Japon

Visiter un centre dédié à Pokemon

Situés un peu partout au Japon, vous y trouverez accessoires en tout genre dédié à l’univers Pokémon : figurines, t-shirt, papeterie. 

Câliner des renards apprivoisés au village Miyagi Zao Fox

Ce village près des montagnes de Shiroishi abrite des retards apprivoisés en liberté. 

Regarder un match de Sumo

Sport national du Japon, vous pouvez assister à un match ou un tournoi en achetant des billets auprès du fournisseur officiel. 

Passer la nuit dans un manga café

Lieu de rencontres de touristes, étudiants, et professionnels, les mangas café disposent de plusieurs infrastructures : distributeur nourritures et boissons, location dvd, internet. 

Faire le tour de Shibuya en Mario Kart

La tournée Mario Kart de Shibuya vous permet de conduire un Mario Kart sur les routes de Shibuya. Le trajet dure environ 2 heures.

Profiter des onsens

Se ressourcer dans le traditionnel bain de pierres japonais. 

Découvrir les geishas à Kyoto

Emblème de féminité au Japon, vous pouvez aussi vous habiller comme une geisha ou en apercevoir dans les rues de Tokyo.

Visiter le musée dédié aux Ramen

Entièrement dédié aux nouilles instantanées, le musée Momofuku Ando Instant Ramen fera le bonheur des curieux.

Cette compagnie dispose d’une tireuse à bière en libre service dans sa business class

Si voyager est déjà une partie de plaisir, avoir à sa disposition de la bière à volonté est encore mieux. La compagnie Brussels Airlines en est consciente et décide d’installer une tireuse à bière dans sa Classe Affaires. Les détails dans les paragraphes qui suivent.

Un projet d’amélioration des offres

La mise en place de cette tireuse dans les A 330 de la Brussels Airlines entre dans le cadre de la rénovation des voyages long-courriers. Effectivement, l’objectif de cette compagnie aérienne belge est de satisfaire les voyageurs en leur proposant un produit typique du royaume, lorsqu’ils prennent l’avion. À titre d’information, les responsables n’ont pas encore dévoilé les noms des bières, mais ce qui est certain c’est qu’il y en aura, au moins, 8 sortes.

Plus qu’une bière

Cette idée a des rôles plus importants que d’assouvir la soif des hommes d’affaires qui choisissent la Brussels Airlines. Elle leur permet de tisser de nouveaux liens professionnels en se réunissant autour d’un bar situé au fond de la cabine de la classe affaires. À cela s’ajoute la mise en valeur de la bière qui fait partie intégrante de la culture belge.

Prenez vous pour un écolier japonais dans ce restaurant de Tokyo

Se mettre dans la peau d’un petit écolier japonais vous tente ? Venez visiter le Kyushoku Toban, un restaurant hors du commun situé à Tokyo’s Taito. Vous y découvrirez l’ambiance dans laquelle baignent les élèves, pendant leur repas à l’école.

L’ambiance d’une salle de classe

Tableau noir, éponge, craie, bureau du maître, tables et bancs, c’est le décor qui vous attend dans ce restaurant unique en son genre. Tout ce qui vous entoure rappelle l’école et la cantine que vous avez quittées depuis longtemps. En arrivant, vous devez même saluer votre hôte en exclamant : « itadakimasu » comme le font les petits Japonais.

Le déjeuner de la cantine

Pour ce qui est du menu, vous aurez droit au déjeuner de la cantine, comme la bonne vieille soupe aux nouilles accompagnée d’un agepan, une sorte de pain au sucre qui servait à rendre le repas plus calorifique et plus copieux après le WW2. Vous y dégusterez également du riz au curry, ainsi que du riz furikake. Cependant, vous n’avez pas à vous soucier des kilos en trop puisque, comme dans les vraies écoles japonaises, dans ce restaurant les calories sont mesurées de manière à préserver la santé des élèves.