Évasion architecturale à New York

New York : une destination à ne pas manquer

Envie de voyage ? Envie de découverte ? Passionnés d’histoire et de culture, la ville new-yorkaise renferme mille récits palpitants qui se reflètent par exemple à travers la multitude de styles d’architecture dans ses rues. S’il s’agit alors de préparer son séjour pour un voyage culturel à New York, il faut évidemment commencer par procéder à une demande en ligne d’une autorisation de voyage ESTA. L’assistance en ligne accompagne convenablement le client dans les diverses démarches à suivre : pour pouvoir y accéder, il faut se munir de son passeport, d’une adresse mail et de sa carte de paiement afin de régulariser à l’instant tous les frais, y compris le transfert du dossier de demande. De nombreux cas fréquents déjà rencontrés ont fait l’objet d’une étude particulière afin de rendre pleinement satisfaction aux passagers : parmi eux par exemple les modalités des voyages groupés. En quatre étapes distinctes, le voyage tant rêvé devient réalité : remplir le formulaire, veiller à la conformité des données enregistrées, payer tous les frais requis et enfin recevoir aussitôt l’autorisation ESTA, dans un délai maximal de 72 heures, via l’adresse mail.

New York : une ville sous influence coloniale

L’histoire ne s’estompe jamais, des traces demeurent et témoignent de l’existence archaïque de la ville new-yorkaise. En tant qu’ancienne colonie britannique au XVIIe siècle, il en va alors de soi qu’au moins un monument reflète le style anglais : construction à base de brique et de pierre, où dominent en général les couleurs rouge, brune ou blanche. À Manhattan, le St Paul’s chapel est la plus vieille église de la ville : elle date de 1766. À partir du XVIIIe siècle, le style néo-gothique est apparu, agrémenté par l’utilisation de grès, de calcaire ou de terre cuite et par l’ajout de faux contreforts. Le St Patrick’s cathedral, plus grande église catholique américaine, illustre parfaitement ce style avec ses ornements fascinants en façade : la construction de cet admirable édifice, attribuée à James Renwick, a été totalement achevée en 1888. Autre référence du style néo-gothique : le Woolworth Building, bâti par l’architecte américain Cass Gilbert en 1913. Au début du XIXe siècle, l’architecture tend vers un style plus parisien, dans une période nommée Beaux-Arts, tel que le confirme le New York Public Library, classé parmi les cinq plus vastes bibliothèques du monde.

New York : une modernisation rapide

Rapidement, dans la seconde moitié du XIXe siècle, l’architecture locale se retrouve totalement bouleversée : l’accroissement démographique s’accélère et la révolution industrielle a aussi apporté sa part. Des nouveaux matériaux émergent, de nouvelles techniques de construction sont adoptées. Le métal, notamment l’acier, est de plus en plus mis en valeur : la révolution industrielle a conscientisé la population sur les avantages de l’acier tant sur le plan technique qu’économique. Ainsi, James Bogardus fait partie des illustres architectes qui ont introduit les cast-iron buildings. Le quartier SoHo est devenu un site historique où la fonte, ornée de larges baies vitrées, a été le principal mode de construction des façades : un style plus classique qui va être promptement adoptée par d’autres milliers de bâtiments dans le Big Apple. Au XXe siècle, le style International s’installe, simple mais avec un design plus moderne : aluminium, marbre et verre sont les éléments les plus visibles sur les façades comme le représente le siège de l’ONU.

New-York : la ville des gratte-ciel

C’est certain, l’idée du gratte-ciel est née en Amérique avec les grands progrès de la science qui ont permis la création des ascenseurs et l’essor de la sidérurgie. Théoriquement, un gratte-ciel se caractérise par une forme verticale mince et haute, en d’autres termes un immeuble de plusieurs centaines d’étages, qui grimpe à la hauteur du ciel. Ce concept a été fâcheusement critiqué par une grande multitude d’architectes américains, puisqu’il affecte quelques règles de vie élémentaires :

  • des questions de projection de lumière : les routes entourées de plusieurs gratte-ciel se retrouvent à longueur de journée dans l’ombre ;
  • des risques plus élevés aux incendies ;
  • des rues devenues plus étroites, ce qui entrave la circulation ;
  • etc.

Cette problématique a été résolue en 1916 par le Zoning Law. Les gratte-ciel sont absolument devenus les incontournables à New York : le Chrysler Building, l’Empire State Building, le Rockefeller Center sont des exemples très connus.

Au milieu du XXe siècle, tous les styles sont confondus sur une même construction. Ainsi, des formes, des hauteurs et des allures toutes aussi modernes les unes que les autres s’érigent ici et là : des constructions qui vont loger les bons plans et astuces sur place. Par la suite, les matériaux utilisés sont de plus en plus luxueux. L’association notamment du verre à plusieurs autres éléments procurent aux bâtiments new-yorkais un style qui tend vers le style contemporain.

5 restaurants à ne pas louper à Bangkok

Le Sa-nguan Sri

Depuis 40 ans, ce restaurant a marqué le cœur des locaux. Un cadre simple, une ambiance familiale, c’est l’endroit idéal où des chefs célèbres ont appris à cuisiner les meilleures recettes thaïes modernes et traditionnelles.

Le Bangkok Bold Cooking Studio

Une charmante maison rénovée du vieux quartier de Ratanakosin à Bangkok vous promet un délice des yeux et des papilles grâce à leur merveilleux dîner préparé avec soin. Bonus : vous serez servis avec de magnifiques couverts à l’ancienne.

Le Chote Chitr

Sis dans Prang Phothorn, une aire protégée, ce restaurant, tenu par 3 générations de la même famille depuis la nuit des temps, vous fera découvrir le goût classique aigre-doux du vermicelle de riz, accompagné de poulet et de crevettes. Un vrai régal !

Le Eathai

Pour les fans de street-food, Eathai est un incontournable. Près de l’ambassade centrale, il offre une grande variété de petits plats, à petit prix. Laissez-vous tenter par le goût revisité du canard, du poisson, du riz vietnamien au porc.

Le Nataporn Ice Cream

Aux grands amateurs de desserts, les fruits tropicaux du pays sont servis avec des suppléments typiquement thaïlandais : haricots rouges, graines de palmes caramélisées. Dégustez votre dessert en admirant le vieux paysage de la ville.

Comment éviter de ramener des punaises de lit de vos vacances ?

Les punaises de lit peuvent rendre votre séjour cauchemardesque. Tapies dans les draps, coussins, canapé ou autres éléments favorisant leur développement, ces vilaines bestioles se multiplient à la vitesse « grand V » et se nourrissent de sang humain un peu comme les puces. Alors, comment faire pour éviter d’en ramener chez soi ?

Faire une inspection minutieuse de la chambre

Bien entendu, après un long vol vous avez hâte de jeter vos affaires et de vous vautrer dans un fauteuil. Toutefois, mieux vaut rester vigilant et passer au peigne fin tous les recoins de la chambre afin de vous assurer qu’aucun locataire indésirable n’occupe les lieux. Vérifiez tous les tissus et bois qui s’y trouvent, du lit aux rideaux, les portes-bagages en bois, les murs ainsi que les plinthes.

Veillez à bien isoler vos affaires dans des sacs en plastique et déposer vos chaussures sur une surface carrelée.

Si jamais vous détectez des traces suspectes : petites taches noirâtres ou tâches de sang demandez à la réception de vous changer de chambre.


5 conseils pour éviter les pleurs de bébé en avion

Plusieurs raisons peuvent causer les pleurs de bébé en avion et pour éviter cela, voici quelques conseils à suivre.

Une bonne hydratation

Pour ne pas incommoder bébé, pensez à lui faire boire de l’eau régulièrement. Munissez-vous également de sérum physiologique pour nettoyer son nez et ses yeux.

Réduire la pression causée par le décollage et l’atterrissage

Pendant le décollage ou l’atterrissage, donnez une tétine ou un biberon à bébé et une sucette ou de l’eau pour les plus grands. La déglutition diminue les effets de la pression atmosphérique.

Un autre conseil pratique

Vous pouvez également placer sur chaque oreille de votre enfant un coton imbibé d’eau chaude ainsi qu’un gobelet en plastique.

Prévoir des activités

Comme le vol risque de durer, votre enfant peut vite s’ennuyer et commencer à faire des siennes. Aussi, prévoyez des jeux et des activités pour le distraire.

Rassurez votre enfant

À chaque étape du trajet, communiquez avec votre enfant tout en le serrant dans vos bras. Rassurez-le et faites-lui comprendre qu’il ne craint rien et que le temps va passer très vite.


10 restaurants où bien manger à New York

Voici quelques restaurants que vous devez essayer si vous êtes de passage à New York.

Des restaurants pour tous les goûts

Le Ichiran ramen, un véritable paradis pour les introvertis. Les interactions avec le personnel sont limitées.

Avocaderia, pour ceux qui sont fans d’avocats, propose un menu qui lui est totalement dédié.

Et Pommes Frites est l’endroit idéal pour ceux qui aiment ce condiment.

Des aliments sucrés

Pour les adeptes du sucre, trois adresses sont recommandées : le cupcake market où vous dégusterez des bouquets de roses grandeurs nature

Eataly, où la Nutella est reine et le salon de café Do qui propose des recettes à base de pâtes à biscuits sucrées.

Des établissements insolites

Le Nitehhawk cinéma est le premier théâtre de cinéma où vous pouvez dîner comme dans un restaurant tout en profitant de votre film.

Le Quality Italian qui propose des pizzas dont les pâtes sont faites à base de parmesan de poulet.

Le Tipsy scoop est un lieu réservé aux plus de 21 ans, car l’alcool est l’un des ingrédients de base de leurs gâteaux et biscuits.

Et pour un mixe de pizza et sushi, le Yeung II sushi est fait pour vous.


Les 12 destinations à ne pas louper en 2019

Nouvelle année, nouvelles résolutions, quoi de mieux qu’un voyage pour se motiver et recharger ses batteries. Voici les 12 destinations à ne pas louper en 2019.

Wellington, Nouvelle Zélande

La ville qui captive les cœurs par sa chaleureuse ambiance, et la fraîcheur de son climat. Vous n’allez surtout pas regretter une randonnée au Mont Victoria.

Bogota, Colombie

Cette ville a fait un saut majestueux dans le domaine du tourisme, elle ouvre les bras à ses visiteurs, en leur offrant une paysage splendide, en plus d’un café savoureux.

Marrakech, Maroc

La ville qui vous en met plein les yeux, avec sa Médina rustique, ses étroites ruelles, et ses marchés d’épices aux parfums enivrants.

Budapest, Hongrie

La ville renommée par son architecture, et ses tourelles qui offrent une vue magique, et ses bains minéraux.

Istanbul, Turquie

La ville qui incarne la beauté, à travers ses paysages merveilleux, en plus de ses obélisques, ses cathédrales, et ses mosquées qui restent témoins des différents empires qui y sont passés.

Tokyo, Japon

En plus du sushi, il y’a les hauts buildings, la technologie, et une population admirablement dynamique.

Lima, Peru

C’est la ville idéale pour les amateurs de cuisine gastronomique, car elle abrite les 2 meilleurs restaurants au monde. Alors, bonne appétit !

Cape Town, Afrique du Sud

Un paysage à couper le souffle, et use population aimable et accueillante, cette ville vous promet un séjour inoubliable.

Hô Chi Minh Ville, Vietnam

Ville connue pour ses étals de restauration rapide. Goûtez et vous n’allez pas regretter !

Austin, USA

Envie d’un voyage mouvementé, partez à Austin, et vous aurez l’embarras du choix, entre les randonnées, le vélo, la baignade, les promenades en bateau, ou alors les concerts de blues et de rock.

Porto, Portugal

Ville connue par la production du meilleur porto, ce qui fait d’elle un endroit privilégié pour les amateurs de vin.

Oaxaca, Mexique

Ville des plats épicés, et des sauces piquantes, et connue aussi pour la célébration du Dia De Los Muertos ( la journée de la mort).

La formalité ESTA pour voyager aux USA

Grâce à l’ESTA, voyager aux USA est beaucoup plus simple qu’auparavant. Nul besoin de visa, une simple autorisation peut suffire ! Mais qu’est-ce que l’ESTA et comment obtenir cette autorisation ?

Qu’est-ce que l’ESTA ?

Si vous souhaitez voyager aux États-Unis, vous n’avez plus besoin de visa. Mais pour cela, il faut remplir certaines conditions. Le département de la Sécurité intérieure des États-Unis a décidé d’accorder aux ressortissants de pays appartenant au programme Visa Waiver Program (qui sont au nombre de 38) la possibilité de voyager dans l’un de ses cinquante États sans visa. Cela est rendu possible par une autorisation spécifique, nommée l’ESTA. Celle-ci a une validité de deux ans et elle est obligatoire pour les voyageurs souhaitant se rendre aux États-Unis pour affaire, pour tourisme ou simplement en transit pour autre destination. Ainsi, vous pourrez remplir la formalité ESTA pour voyager aux USA. Voici comment.

Comment obtenir l’ESTA ?

Pour obtenir l’ESTA, il faut en faire la demande en ligne, auprès d’un organisme agréé. Mais avant tout, il faut être ressortissant de l’un des 38 pays qui prennent part au programme d’exemption de visa : le Visa Waiver Program. De plus, il faut être en possession d’un passeport électronique en cours de la validité, qui devra être valide durant tout le séjour aux USA. Au cours de votre demande, vous devrez préciser le motif de votre voyage aux États-Unis. Y allez-vous pour affaires ? Pour du tourisme ? Ou simplement en transit ? Bien sûr, il est indispensable de préciser la durée de votre séjour sur le sol américain, qui ne peut excéder une durée de 90 jours. Votre voyage de retour doit également être réservé. Un simple billet aller ne suffit pas à obtenir une autorisation ESTA. Enfin, vous devez savoir que le formulaire ESTA doit être rempli au plus tard trois jours (ou 72 heures) avant le départ. Mais il est préférable de le faire le plus tôt possible.